Riot Games face à des poursuites judiciaires liées à une enquête sur la discrimination fondée sur le sexe

riot-games-face-a-des-poursuites-judiciaires-liees-a-une-enquete-sur-la-discrimination-fondee-sur-le-sexe

  • Le Département californien de l’emploi et du logement (DFEH) a engagé une action en justice contre Riot Games.
  • Selon la poursuite, Riot Games est accusé de refuser de fournir des « informations adéquates » relatives aux salaires.
  • Riot Games a publié une déclaration affirmant qu’il avait coopéré «de bonne foi» avec l’enquête de la DFEH.

League of Legends  développeur Riot Games  fait face à une action en application de la loi pour avoir prétendument refusé de fournir les enregistrements de paiement des employés.

Le Département de l’emploi et du logement de la Californie (DFEH) a engagé une action en justice devant la Cour supérieure de Los Angeles le 12 juin:

«Riot Games, Inc. a refusé de fournir au département des informations adéquates pour que la DFEH puisse analyser si les femmes gagnent moins que les hommes dans l’entreprise. La DFEH recherche ces informations dans le cadre d’une enquête sur une prétendue inégalité de rémunération, le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles, les représailles et la discrimination fondée sur le sexe dans la sélection et la promotion. «

Dans une déclaration faite à Kotaku , Riot Games a nié tout manque de coopération, affirmant avoir coopéré « de bonne foi » depuis le début de l’enquête. Riot a déclaré être « franchement déçu » par la poursuite, alléguant que les demandes de conversation téléphonique avec la DFEH étaient restées sans réponse.

La DFEH a ouvert une enquête formelle en octobre 2018 lorsque cinq employés actuels et d’anciens employés de Riot ont engagé des poursuites pour discrimination contre l’entreprise. Les allégations incluaient, sans toutefois s’y limiter, une violation de la California Equal Pay Act.

Un exposé publié en août 2018 par Kotaku et intitulé «Dans la culture du harcèlement sexuel à Riot Games» a encore exaspéré la frustration des employés.

Les politiques actuelles de Riot imposent à toute personne déposant une plainte de harcèlement sexuel ou de discrimination de régler l’affaire par voie d’arbitrage plutôt que d’aller en procès. La politique a suscité des inquiétudes sur le fait que les arbitres sont embauchés par Riot, ce qui remet en question l’impartialité. En avril, Riot a déposé une requête visant à empêcher le procès de deux des poursuites pour discrimination, citant les règles d’arbitrage de la société. Des centaines d’employés ont répondu en organisant une grève le 7 mai.


 » Source (traduit de l’anglais) : esportobserver

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*